Vidéo Institutionnelle – Rhum Clément
03/12/2013
Exportations de Rhum en Martinique
03/12/2013
Show all

*Zoom sur l’industrie du rhum

La filière rhum représente 16 % de la valeur ajoutée de l’industrie des boissons. Elle se répartit entre neuf entreprises pour le rhum agricole (26 % des volumes contingentés) et quatre pour le rhum industriel (74 % des volumes). Contrairement à la Martinique où les entreprises se sont restructurées ces dernières années pour être concentrées entre des grands groupes internationaux, le rhum agricole guadeloupéen est réalisé par des sociétés familiales. Son niveau d’activité est dépendant de différents facteurs exogènes et endogènes :

– problème de sécheresse (2001-2002) et de report de récolte;

– mise aux normes environnementales; – comportement du marché local et français, le marché étranger représentant un très faible pourcentage (5 % des exportations, le reste sur la France

– sachant cependant que certaines livraisons en métropole sont réexpédiées à l’étranger). Sur les marchés français et étrangers, le rhum guadeloupéen est très concurrencé par le rhum martiniquais et notamment par le rhum expédié en vrac, beaucoup moins coûteux, et évidemment par les rhums des pays tiers aux coûts de main d’oeuvre sans comparaison.

– le régime contingentaire (108 000 HAP en 2010), la Guadeloupe bénéficiant de 35 % du contingent des DOM contre 45 % pour la Martinique. Cependant la répartition se fait au détriment du rhum agricole guadeloupéen (9,2 %) face au martiniquais (35,2 %), bloquant pour le développement compte tenu de l’avantage fiscal que procure ce contingent avec pour effet de réduire le prix final de commercialisation.

– Des investissements lourds, tant pour la modernisation de l’outil de production que pour la mise aux normes environnementales.

Le niveau de production est en croissance mais n’atteint plus les niveaux records de 1999 et 2000 (euphorie commerciale du passage à l’an 2000).Ces dernières années les ventes sur le marché local sont relativement stables, ainsi que le prix du litre.

Hormis le problème du contingent, le développement de la filière passe par la conquête de nouveaux marchés européens et internationaux, en jouant sur l’image de qualité en s’adaptant aux modes de consommation, ou encore en diversifiant les produits (alcool de parfum à partir du rhum industriel par exemple).

Réf : « le rhum en Guadeloupe : chiffres-clés, enjeux et perspectives » CCI 2006, données mises à jour pour 2010

*Source : Insée DADS 2007

Evolution du taux de marge de l industrie guadeloupeenne des boissons et alcools
Les caracteristiques des salaries
Eve

Comments are closed.